Magie & Neuroatypie

Pourquoi je lie ces deux choses ?

Laissez moi vous raconter une histoire. Une jeune enfant autiste est élevée par une mère absorbée par la spiritualité. Depuis son plus jeune âge, ses spécificités de comportements et de questionnements ne sont pas mises sur le compte de son autisme, mais sur son incarnation en tant qu’enfant « indigo », un terme New Age* qui sert à ranger dans une case les enfants différents, que l’ont dit incarnés pour aider le monde à s’élever spirituellement.

* La pensée « New Age » est une pensée spirituelle occidentale du XXème et XXIème siècle qui a trouvé sa source aux Etats-Unis, un bricolage de concepts à partir de différentes religions dont le but est d’accéder à l’éveil et à des états supérieurs de consciences. 

Allez, bas les masques. Cette enfant, c’est moi. Gamine, je ne suis donc pas autiste, je suis « indigo », « guerrière de lumière », « ange incarnée ». (Disclaimer : Je témoigne à titre informatif afin de faire de la prévention, en aucun cas cet article ne sert de procès à l’encontre de ma génitrice.)

Ma mère se débat corps et âme pour que je comprenne le concept de la « vibration », mes émotions, du moins toutes celles qui la mettent mal à l’aise, lui font honte ou peur, sont des émotions dites « basses », que je ne dois pas ressentir. Ma colère est illégitimée et notre fonctionnement se base sur une approche de chantage affectif permanent lié à mes émotions et à mon comportement. Lorsque j’agis bien, je suis sa fille, lorsque j’agis mal, je ne le suis plus.

Quelques phrases entendues et que l’on retrouve dans le New Age :

  • «  Si je t’ai abandonné et que tu as une blessure d’abandon, c’est car tu l’avais demandé dans ton contrat d’âme pour les transcender. » 
    → Le New Age part du principe que l’on choisit ses parents et les épreuves que l’on vivra dans sa vie. Il est dit que l’on signe un « contrat d’incarnation », nous rendant responsables de ce qui arrivera dans notre vie, et que nous porterons généralement des blessures à transcender. Depuis le prisme d’une relation d’autorité et de pouvoir, cet argument peut alors servir à totalement déresponsabiliser l’agresseur.sseuse dans une situation.

     

  • «  Si tu es malade, c’est que tu as demandé à l’être, c’est ton esprit qui t’envoie un message. »
    →  Le New Age a une approche non moderne et médicamenteuse de la médecine et de la santé en général. On utilise à outrance le « langage des oiseaux », une langue fictive et secrète qui consiste grâce à des jeux de mots, de codes et de consonnances à trouver des significations à certains symptômes. Cette approche peut-être extrêmement dangereuse en ce qui concerne la santé mentale et physique.

     

  • «  Tu n’as pas à être en colère, tu n’as pas à fuir une conversation, à être lâche. C’est ton égo qui parle. »
    →  Le champ lexical du New Age utilise l’égo comme parade, et s’érige contre le fait de l’utiliser pour réagir, pour se défendre. Il s’agit d’être dans l’acceptation, détournant ainsi certaines situations pour faire entendre l’innentendable et accepter l’inacceptable. De plus, demander à quelqu’un de ressentir uniquement de la positivité peut-être dangereux, provoquer un évitement de toute émotion par la spiritualité et des dissonances cognitives importantes, qui peuvent laisser des traces neurologiques.

     

  • «  Tu es différent.e, cette personne n’est pas bonne pour toi, vous n’êtes pas aligné.es. » 
    Une différence peut-être soulignée afin de cloisonner la personne dans une emprise par son gourou. Le champ lexical du New Age encore une fois regorge d’explications irrationnelles sur les raisons qui font qu’une personne se sentira incomprise, non « normée », en proie à des difficultés amicales, relationnelles, familiales, provoquant ainsi un isolement psychique.

     

  • «  Il faut que tu manifestes, que tu demandes, que tu penses à ce que tu veux et l’univers te le donneras. » 
    → Dans la pensée New Age, on pense qu’il suffit de vouloir pour avoir, un discours teinté de méritocratie qui invalide complètement le fait que nous naissons tous et toutes avec une échelle plus ou moins élevée de privilèges systémiques. En plus de promulguer la loi de l’attraction, une règle supposée qui explique que l’on attire ce que l’on vibre et qui renvoie donc au tout premier point évoqué et ses nombreuses problématiques, cette pensée propose une spiritualité passive et des comportements individualistes.

     

  • «  Tu n’es pas encore prêt.e pour ça. » 
    → 
    Une hierarchie est établie entre différents membres, mettant la personne sous emprise dans une forme d’infantilisation permanente. Les questions sont souvent sans réponses, il y a palliers à atteindre pour acquérir des savoirs et des leçons qui mèneront ensuite à la prochaine, mettant ainsi la personne dans une position d’illégitimité et d’infériorité.

Je passe rapidement sur les actes de violences physiques excusés, le chantage permanent, les doubles discours en public et en privé, et toujours, toujours, cette spiritualité qui explique tout, pardonne tout, justifie tout, et me rend généralement responsable de tout ce qui m’arrive de mal et de douloureux. C’est que j’ai demandé, c’est que j’ai signé pour ça, alors personne n’est à blâmer. Des années à y croire, car je suis autiste, je n’arrive pas à concevoir que les gens mentent. Jusqu’à mon diagnostic finalement.

Il est arrivé comme une explication – enfinrationnelle, à qui je suis, qui j’ai été, et pourquoi mon enfance a été aussi anxiogène. Mon fonctionnement neuro-atypique est le fonctionnement parfait pour moduler mon cerveau, lui faire entendre une foule de règles que j’ai accepté et prises pour acquis. Pour donner quelques sources, la Miviludes, organisme de «  Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires » reçoit de plus en plus de signalements de familles victimes de dérives thérapeutiques afin de « soigner » l’autisme. Le New-Age continue son essor, sous plusieurs appellations, mélangeant l’ésotérisme, le développement personnel, les thérapies alternatives et j’en passe. A l’heure actuelle, la simple évocation de ce sujet me sert la gorge, me donne mal au ventre et me donne envie d’hurler de rage, me provoque des angoisses terribles.

Mais voilà. Moi j’aime la magie. 

Mon logiciel a été lancé sur un foirage. J’aurais aimé apprendre la « spiritualité » (Pour ce que ça veut dire …) avec un vrai cadre, des règles et des limites. Parce que croyez moi, j’ai tellement d’imagination que moi, si on parle de magie, je suis candidate ! J’aime croire en ma bonne étoile, croire que je suis accompagnée de guides qui m’épaulent. J’aime m’imaginer dans un monde féérique et fantastique, sentir la nature, admirer de beaux paysages. J’aime l’odeur de l’encens. J’aime croire aux signes du destins, voir des synchronicitées se présenter, j’aime imaginer mes défunts comme des âmes qui continuent de m’éclairer. J’aime tirer les cartes, croire en l’astrologie, j’aime demander des choses tout bas, prier pour les gens que j’aime, j’aime être une hypersensible. J’aime m’imaginer un peu sorcière, croire aux mondes invisibles, sinon on s’ennuie. Bref, j’aime la magie. Plusieurs fois je l’ai rejetée en bloc, terrifiée par ce que ma mère m’avait appris. Le chemin a été extrêmement long, pour trier, étudier, comparer, compartimenter, revenir sur les souvenirs, soulager mes nombreuses dissonances cognitives et terreurs vis à vis de ça. Me demander ce qui vient de moi et ce qui m’a été implanté. C’est long à décortiquer vous savez, la foi.

Alors c’est parti ! Laissez moi vous présenter un outil qui m’a aidé à aimer la magie et à continuer à faire de ma foi un outil éthique, politique et sans toxicité. J’ai mis des mois à le concevoir pour ne plus avoir peur de moi-même vis à vis de mes croyances.

A. Le silence, tu garderas.

Il n’est absolument pas primordiale de penser, manger, parler, entendre par la voie spirituelle. Pleins de gens ne s’y intéressent pas, et c’est parfaitement concevable. Pour moi, il est toxique de chercher à convaincre en étalant ses connaissances et ses croyances sur la place publique sans avoir eu la certitude que la personne en face soit d’accord pour le recevoir. Prêcher la bonne parole : c’est juste relou, ne faites pas ça.

B. Le consentement, tu respecteras.

Le domaine spirituel n’est pas exempt de la notion de consentement. On ne fait pas de soin sans un accord, on ne tire pas les cartes pour quelqu’un ou à propos de quelqu’un sans son accord. Si la magie est un outil, alors on ne fait pas ce que l’on ne ferait pas dans la vie avec un couteau. La manipulation, c’est non.

B. De l’addiction, tu te méfieras.

Le domaine de la magie regorge de pièges addictifs. Addictions aux tirages, addictions aux collections de cartes, aux pierres, aux pendules, aux signes .. Bref. Tout y est pour nourrir le manque et faire plaisir à notre vieil ami Monsieur Capitalisme. Allez y mollo. Personnellement, j’ai 3 tarots, 3 oracles, ils ont chacun une forme de personnalités de par leur auteur.rices : tranchant, doux, poétique, esthétique, effrayant et politique. C’est largement suffisant. 

C. Ton sexisme, tu déconstruiras. 

La majorité de ce qu’on lit sur la spiritualité promulgue les idées d’énergies « féminines » et « masculines ». Ces idées sont transphobes et réductrices, non, le féminin ne réceptionne pas et n’est pas « intuition » , non, le masculin ne donne pas et n’est pas « action » . On fait mieux que ça, on déconstruit ces termes pour penser une magie inclusive et réellement enrichie.

D. Au collectif, tu penseras.

La pratique de la magie n’offre pas une carte joker qui ferait disparaître nos privilèges, et elle n’exclue en rien la systémie du monde politique dans lequel nous faisons société en tant que citoyen.nes. Une spiritualité qui ne sert que vous est une spiritualité classiste et individualiste. Penser, prier, aimer, avoir de grands discours, c’est très beau, mais si aucune graine n’est germée pour un monde socialement plus juste : C’est bof.

E. Toutes tes émotions, tu aimeras.

Il n’y pas de hiérarchisation et de de degrés de valeurs dans le panel des émotions humaines que nous ressentons. Chacune d’entre elle est à rencontrer, à apprendre, à gérer comme on peut. A bas la positivité toxique, et vive la colère face aux nombreuses injustices qui façonnent notre monde ! Nos émotions, toutes nos émotions, sont nos moteurs. N’en mettons pas certaines à la porte comme si elles étaient sans valeurs.

F. Sur Terre, tu resteras.

Que l’on croit ou non à la magie n’y change rien : Nous somme sur Terre, à l’instant T. Notre hygiène, notre alimentation, nos sensations physiques, nos douleurs ne peuvent pas toutes être expliquées par un filtre invisible, et je ne jette pas la pierre à toutes les médecines alternatives, mais pitié, allez aussi chez le médecin, prenez vos médications, n’écoutez pas ces balivernes selon lesquelles vos vibrations baisseraient avec un traitement. Prenez soin de votre santé. 

E. A ta façon, tu feras.

La meilleure magie est celle qui ricoche avec vous même. Bien sûr il y a des règles, et un nombre incalculable de choses à étudier, à apprendre, mais ne laissez personne vous faire croire que vous ne faites pas comme il faut, que vous n’êtes pas puissant.e. Le domaine de la magie regorge comme dans tous les domaines de personnes qui prendront un malin plaisir à vous figer dans une position d’initié.e.s et à vous écrabouiller sous un poid élitiste. Dites leur de fermer leur caquet.

F. De la violence, tu te protègeras.

Les histoires de magie regorgent de récits faciles sur les vies antérieures, de karmas, d’histoires d’âme soeur, de flammes jumelles, quoi qu’il en soit, n’acceptez jamais aucune forme de violence, physique ou mentale sous prétexte d’un argument spirituel. Cela implique également toute forme de culpabilité liée à des actions passées, présentes ou à venir. Rien ne prévaut sur votre sécurité émotionnelle et physique, rien ne vous rend coupable de vos propres douleurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RECEMMENT :

DROIT AU BUT

PRESENTATION EXPRESS

Portrait

Carni Bird est mon nom d’artiste. Derrière lui se cache Angèle, 30 ans. Je vulgarise ici mon TSA*, donne accès à ce qui est caché, livre une expérience, afin que la neurodiversité soit mieux comprise et soutenue. Mon art visuel est au service des écrits que je garde précieux et secrets depuis des années.

 Bon voyage.

* Trouble du Spectre Autistique / Autisme

RETROUVEZ MOI SUR :

Edit Template

© Tous droits réservés à Carni Bird – Angèle Martin. Toute image et texte apparaissant sur ce site m’appartiennent, n’en faites pas usage sans autorisation. Merci.